[SECU] CFDT MOBILISATION CLASSIFICATION LE 25 JUIN : 36 % DES SALARIÉS SÉCU EN GRÈVE !

Share Button

L’appel à la grève du 25 Juin 2019 a été très suivi dans les organismes de la Sécu. 40 000 agents étaient en grève soit 36% de gréviste au niveau national.

La région Bretagne fait encore mieux avec un taux de gréviste de 46%. Ces chiffres sont impressionnants. Ce taux a même été de 59% à la CPAM 29, 51% à la Caf 22, 53% à la CPAM 35, 57% à la CPAM 56 et près de 57% à l’URSSAF Bretagne.

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont participé. Votre mobilisation a été productive. On vous explique pourquoi.

 

10h00 : rencontre avec le Ministère des Solidarités et de la Santé

Un rassemblement intersyndical s’est tenu à Paris devant le ministère. Un conseiller d’Agnès Buzyn a reçu une délégation intersyndicale qui lui a demandé :

  1. La levée de la date butoir pour clore la négociation,

Pourquoi ?: La petite rallonge budgétaire RMPP accordée (0,2%) est aujourd’hui conditionnée par la négociation et la signature de cette nouvelle classification. En gros, « Pas de signature d’ici septembre = plus de 0,2% supplémentaire ».

L’UCANSS veut boucler la négo en septembre alors qu’elle n’a débuté qu’en avril. Le sujet est complexe et nous engage pour une quinzaine d’années. Les syndicats ne veulent pas négocier sous la pression d’un calendrier contraint.

Réponse du conseiller ministériel : En gros, « Je n’ai pas de mandat pour vous répondre. Rendez-vous en septembre pour un éventuel report des 0,2% ».

  1. L’augmentation de l’enveloppe budgétaire dédiée à la Classification.

Pourquoi ?: Sans augmentation, on risque de voir la disparition de l’ancienneté et/ou un gel complet des augmentations générales pour au moins 4 ans.

Réponse du conseiller ministériel : En gros, « Hummmm, au regard de l’évolution des négociations de la classification, concernant l’augmentation de l’enveloppe, la porte est pour l’instant fermée ».

 

14h00 : réunion de négociation à l’UCANSS

Aucun document de travail n’a été transmis par l’employeur en amont de cette séance. Attendait-il de connaître les taux de grévistes pour ajuster son discours ?

En début de séance, l’intersyndicale a déclaré que le projet actuel était rejeté par l’ensemble du personnel et suscitait de la colère. Les organisations syndicales ont demandé à l’employeur de revoir ses propositions. En cas de refus, l’employeur porterait la responsabilité de cet échec.

L’employeur a répondu que la classification actuelle était à bout de souffle et qu’une nouvelle classification était attendue par les salariés et les directeurs locaux. Il a indiqué que, collectivement, nous avions la responsabilité d’aboutir.

L’UCANSS a apporté les réponses suivantes :

  • Niveaux cadres : L’employeur propose de revoir sa copie sur le nombre de niveaux, notamment chez les cadres. Il pourrait y avoir un niveau supplémentaire pour les cadres dit techniques afin d’éviter l’écueil des cadres 5A et 5B reclassés en employés niveau D.
  • Emplois repères : Le processus des emplois repères va être revu pour répondre aux revendications des organisations syndicales.

La CFDT demande à avoir un regard sur la liste des emplois retenus pour être classés dans la grille. Il faudrait instaurer un arbitrage entre les Caisses Nationales et les organisations syndicales sur les écarts de positionnement sur la nouvelle grille. Pour cela il faut pouvoir disposer de temps.

  • Ancienneté : L’employeur retire sa proposition de suppression de l’ancienneté ainsi que celle de la garantie minimale de 9 points versée tous les 4 ans. Il dit entendre le fort attachement des organisations syndicales au système actuel de l’ancienneté.
  • Règle des 105 en cas de changement de niveau : L’employeur ne veut pas que les agents changent trop de niveaux (et bénéficient de la règle des 105). Il préfère que les agents changent de paliers au sein de leur niveau. Il se dit ouvert à l’examen d’un lien entre changement de palier et augmentation de la rémunération. Mouais…
  • Montant de l’enveloppe : La Direction de la Sécurité Sociale a été saisie pour obtenir le report des 0,2% de 2019 sur 2020. Pour le montant, l’employeur n’a pas de réponse. « C’est au Pouvoir public de décider ».

Les organisations syndicales ont aussi réclamé l’ouverture d’une négociation salaires pour le 9 juillet prochain.

Quand les revendications syndicales sont claires et motivées, les salariés Sécu se mobilisent…  et l’employeur ajuste son projet.

Continuons dans cette voie pour obtenir le meilleur projet de Classification possible. 

Share Button